Perdre un oiseau, ça n’arrive pas qu’aux autres ! Comment l’éviter ?

Chaque année, des centaines d’oiseaux sont perdus partout au Canada; pourtant, de simples précautions suffiraient à elles seules à faire diminuer ce nombre. Lorsqu’un oiseau fait son entrée dans notre vie, il est primordial d’établir des consignes que tous les membres de la famille, y compris les enfants, doivent observer.

Il est possible de sécuriser l’environnement de notre oiseau afin de réduire au minimum les risques de fugues et ce, à peu de frais.

Il est faux de croire qu’une moustiquaire empêchera votre oiseau de sortir : un seul coup de bec suffit à la déchirer. Toutefois, un léger rideau qui bat au vent ou un store vénitien posé à la fenêtre suffirait à dissuader l’oiseau de s’approcher.

Il est également erroné de croire qu’un oiseau aux ailes taillées ne peut pas voler ou qu’un oiseau habitué au vol libre reviendra toujours; cependant, il est impératif de lui apprendre le rappel et le hop. Si l’oiseau a été entraîné à revenir vers vous, il le fera même dehors, en supposant qu’il ait les ailes pleines évidemment et qu’il en soit capable. Un oiseau aux ailes taillées peut être surpris ou emporté loin par le vent et sera à la merci des prédateurs.

Les gens ont tendance à croire qu’un oiseau qui nous aime ne nous quittera pas. Si un oiseau s’envole, c’est par réflexe, c’est que quelque chose l’a surpris ou lui a fait peur; ça n’a rien à voir avec l’amour que l’oiseau vous porte. Aller se balader dans les rues avec un oiseau sur l’épaule, qu’il ait ou non les ailes taillées, c’est prendre le risque de le voir un jour s’envoler.

Un oiseau sur l’épaule, c’est vite oublié lorsqu’il pèse une plume, tandis qu’une porte non verrouillée laisse entrer les visiteurs non avisés qu’un oiseau est en liberté. Chaque accès devrait être pourvu d’un verrou en hauteur non accessible aux enfants. Il n’est pas toujours possible d’avoir une entrée fermée (sas) quand on vit en logement, mais un rideau de bambou créera un obstacle et une barrière psychologique que l’oiseau ne franchira pas, si jamais on oubliait de verrouiller une porte; de plus, le mouvement du rideau suffirait à lui seul à faire décamper l’oiseau oublié sur l’épaule.

Les harnais et les transporteurs sont sécuritaires et pourtant, ils sont trop souvent des sources d’accident. Fixer le harnais avec deux élastiques au lieu d’un seul, c’est deux fois plus sûr; il ne faut pas oublier de toujours vérifier la solidité et l’état des attaches. Mettre une ceinture ou un gros élastique autour du transporteur, dans le sens de la longueur, afin d’éviter qu’il ne s’ouvre en deux ou que l’oiseau n’ouvre la porte une fois à l’extérieur, ça ne demande que quelques secondes et ça permet d’éviter des accidents.

Ne laissez jamais votre oiseau dehors dans une cage sans surveillance. Beaucoup trop d’accidents sont rapportés à la suite d’un coup de vent ou d’une attaque perpétrée par un chat ou un autre prédateur.

Dans un but préventif, dès l’arrivée de votre oiseau ou le plus tôt possible, il est impératif de prendre des photos de lui, de faire une vidéo, d’enregistrer les sons qu’il émet et de noter le numéro de sa bague s’il en a une. Ces simples gestes pourront vous être très utiles advenant la perte de votre oiseau.

Sachez que si vous perdiez votre oiseau, vous trouverez en Perroquetsecours un outil indispensable contenant de l’information qui peut vous aider dans vos recherches ainsi qu’une famille de bénévoles ayant à cœur la cause des oiseaux perdus/trouvés/volés et chez qui vous trouverez aide, réconfort et soutien.

La clé du succès pour retrouver votre oiseau est la persévérance.

Josée Dubreuil Responsable Perroquetsecours.com

This entry was posted in Avis de recherche. Bookmark the permalink.

Comments are closed.