Salutations de Wendy Huntbatch

Bonjour! Je m’appelle Wendy Huntbatch et j’administre le World Parrot Refuge ici au Canada. C’est en ouvrant une succursale de la SPCA à Mission (Colombie-Britannique) que j’ai appris que les oiseaux dont on ne veut plus n’ont nulle part où aller – à part chez un éleveur qui le mettra à la reproduction. Bien des années plus tard, on m’a volé un de mes perroquets et alors que je mettais des avis de recherche partout, quelque chose d’incroyable s’est produit : des gens se sont mis à me téléphoner, d’abord pour me dire à quel point ce qui m’arrivait les attristait, mais surtout pour me confier qu’ils n’arrivaient plus à s’occuper de leur propre perroquet et m’offrir de l’adopter. Au cours des deux premières semaines, j’ai accueilli 15 grands perroquets! Mon mari et moi faisions face à un grave problème exigeant une intervention. C’est ainsi qu’est née la FLOPRS (For The Love Of Parrots Refuge Society), il y a 19 ans. Nous avons toujours donné aux perroquets la chance de socialiser entre eux, de se regrouper en bande et de voler librement. Nous avons construit des volières sur une ferme où nous avons habité durant 10 ans. Quand le nombre de nos protégés a atteint 400 en 2004, il est devenu évident que nous devions agrandir nos installations et les ouvrir au public dans un but éducatif. C’est ainsi qu’a débuté le World Parrot Refuge en juillet 2004. Le WPR abrite plus de 900 perroquets de 70 espèces différentes, allant du minuscule toui au majestueux ara hyacinthe. Il reçoit plus de 10 000 visiteurs par an. La majorité des gens qui nous cèdent leur oiseau nous disent ceci: « Si seulement j’avais su ce que supposait le fait d’avoir un perroquet, je n’en aurais jamais acheté un ». Les visiteurs éblouis par l’interaction avec nos oiseaux disent souvent : « Si seulement les perroquets pouvaient mener la vie qu’ils devraient avoir dans la jungle », et 95 % d’entre eux disent qu’ils n’en achèteraient jamais un, maintenant qu’ils savaient de quoi ces oiseaux ont besoin pour avoir une vie bien remplie. Au Canada, on compte plus de 6 millions d’oiseaux de compagnie de toutes sortes, dont une très forte proportion de perroquets. Même si la majorité des propriétaires de perroquets s’occupent très bien de leurs oiseaux, leur vie peut être jalonnée de grands changements au fil des ans. Cette réalité signifie qu’en général, la plupart des perroquets changeront de foyers plusieurs fois au cours de leur vie. Or, le passage d’une famille à une autre est très difficile pour tout animal qui est une proie. Si jamais vous venez au WPR, vous verrez comme les perroquets qui se tiennent en bande sont heureux une fois acclimatés à leur nouveau foyer. Certains de nos résidents permanents ont déjà séjourné ici quand leur propriétaire partait en vacance. Ils avaient toujours tellement de plaisir qu’ils refusaient de rentrer chez eux à la fin de leur séjour. C’est vous dire la qualité de vie qu’ils ont au WPR. Nous voulons aider le plus de perroquets possible en leur offrant un toit pour la vie. Nous espérons sensibiliser le plus de gens possible pour les dissuader d’acheter des bébés perroquets chez un éleveur, car il y a déjà des milliers d’oiseaux sur le marché animalier qui attendent un foyer permanent où ils seront choyés. Notre démarche contribuera peut-être à mettre fin à la reproduction des perroquets à des fins strictement mercantiles. Les perroquets se reproduisent facilement et, malheureusement, leur espérance de vie est très longue. Or, la plupart des gens se désintéressent rapidement de tout ce qui exige une attention et des soins soutenus – d’autant plus que leur vie change tellement et si souvent. Je savais en commençant que la route serait longue et difficile, mais nous avons fait de grands progrès depuis l’ouverture de notre centre éducatif.

Wendy Huntbatch

Traduction de Myriam Gagnon, M.A.tra., trad.a, avril 2012©

 

Wendy est Sydney au Shining World Compassion Award

 

This entry was posted in World Parrot Refuge. Bookmark the permalink.

Comments are closed.